AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 PIPPA ☮ rolling in the deep

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 145


LITTLE ME.
ma situation amoureuse: célibataire
nombre de messages reçu: 1

mon répertoire:

MessageSujet: PIPPA ☮ rolling in the deep   Dim 31 Oct - 20:49


HARLOW-FAWKES PHILIPPA



Et salut toi, c'est quoi ton petit nom ? ✿ Je m'appelle Philippa, Philippa Hespie Harlow-Fawkes. Mais j'ai toujours détesté mon prénom. Depuis mon plus jeune âge je me fais appelé Pippa. Aussi bien par mes parents que par mes amis. Seuls mes professeurs utilisent mon vrai prénom. Pour ce qui est de mon second prénom, il s'agit de celui de ma grand-mère. Rien de bien original donc. Enfin, jusqu'à mes seize ans, le nom Fawkes n'était pas accolé à mon nom de famille, mais après le divorce de mes parents, j'ai tenu à ce que le nom de ma mère apparaisse et c'est désormais chose faite.

Ahh je vois. Et t'as qu'elle âge ? ✿ Je suis née le vingt quatre mai mille neuf cent quatre vingt treize. Autrement dit, je vais sur mes dix huit ans. Je les fêterais dans un peu plus de deux semaines.

Le bel âge ! Je m'en souviens bien d'ailleurs ... Mais enfin, passons. On t'as déjà dit que tu ressemblais à quelqu'un de connu ? ✿ the sexiest dianna agron !

Et tu habites chez tes parents ? Enfin, je veux dire, tu habites où ? ✿ J'ai toujours habité à Ellygtown. Jusqu'à mes dix sept ans, j'habitais dans les maison familiale. Passé cet âge mes parents ont eu l'excellente idée de me prendre un appartement, enfin de nous prendre un appartement. Je le partage avec Stone, un ami d'enfance. Enfin officiellement car l'appartement est toujours plein à craqué, mes amis y ont élu domicile !

Très intéressant. Et dis-moi, Queen Bee, tu lui caches quoi ? ✿ J'avais seize ans à cette époque. Les jumeaux organisaient une soirée pour leur anniversaire et Candie avait invité Bailey son petit ami rencontré quelques semaines plus tôt en vacances. Il était venu de Chicago spécialement pour l'occasion et ne connaissait personne. Candie était trop occupé pour s'occuper de lui, je lui avait donc tenu compagnie. L'alcool m'ayant monté à la tête, je l'avais finalement embrassé. Candie ne l'a jamais su. Ils sont toujours ensemble et projette de se marier prochainement. Il ne vaut donc mieux pas que la vérité éclate au grand jour..

Mais t'y moi, tu serais pas célibataire toi ? ✿ Je suis pour le moment célibataire et ce n'est pas plus mal. Je ne suis pas très douée pour les relations amoureuses. Loin de là en faite..

Ahem ... Je vois. Et sinon, dis nous-en un peu plus sur ton caractère. ✿ Rancunière • Drôle • Bavarde • Insouciante • Sociable • Hyperactive • Optimiste • Fidèle • Impatiente • Intelligente

Je crois que c'est bon écoute. Un petit quelque chose d'autre à dire ? ✿ nooooooop .





HELLOGOODBYE.

VOTRE PSEUDO summer delight
VOTRE PRÉNOMmathilde
VOTRE ÂGE 15 ans
VOTRE PAYS mon adresse aussi ? naméo !
COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM ? Je sais pas.
VOTRE AVIS SUR CELUI-CI ? Trop moche.
AUTRE je suis la plus belle (a)


Dernière édition par Pippa Harlow-Fawkes le Dim 15 Mai - 14:27, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 145


LITTLE ME.
ma situation amoureuse: célibataire
nombre de messages reçu: 1

mon répertoire:

MessageSujet: Re: PIPPA ☮ rolling in the deep   Dim 8 Mai - 19:17


J'ai eu la chance de naître dans une famille particulièrement aisée. Mon père était architecte, ma mère avait son propre cabinet de dentiste. J'ai grandi dans une belle banlieue pavillonnaire sans soucis d'argent donc. Mes parents étaient toujours très présents pour Candie, Ethan et moi. Ils étaient très amoureux, à l'époque. Je les enviais et voulais, moi aussi, vivre une belle histoire d'amour plus tard. Mon enfance fut calme et sans encombres mais c'est à l'adolescence que tout se gâta. Mon père avait quitté son poste et chercher à ouvrir sa propre entreprise. Il passait beaucoup de temps en dehors de la maison, rentrait de plus en plus tard et par la même occasion perdait une certaine quantité d'argent. Mes parents ne faisaient que se disputer. Candie et Ethan essayait généralement d'intervenir et ça tournait au capharnaüm. Tout le monde criait. Ma mère pleurait. Mon père partait en claquant la porte. Envolé le monde parfait d'antan. Il avait laissé place à un horrible chaos. Les diners en famille étaient un véritable supplice. J'essayais d'être le moins possible à la maison. Toujours en vadrouille chez une amie ou dans quelques coins perdus que je pouvais photographier. Le divorce fut finalement prononcé. J'avais seulement seize ans. « Ça va aller Pippa. On restera tous les trois quoiqu'il arrive. » m'avait dit Ethan. Candie et lui avait alors vingt ans mais ils étaient tout aussi affecté que moi par la nouvelle. Mon père prit finalement une location à quelques pattés de maison de la nôtre. C'était certainement mieux ainsi. Plus de disputes, plus de larmes. Mais une famille déchirée.. La plupart de mes amies vivaient elles aussi dans des familles recomposées ou monoparentales mais je n'avais jamais pensais que ça puisse m'arriver un jour. « Tu penses que c'est de notre faute ? » avais je demandé. Mon frère secoua la tête l'air sur de lui. « Non Pippa, nous n'y sommes pour rien. C'est leur choix ! L'amour ne se commande pas. Si ils ne sont plus amoureux c'est mieux qu'ils se séparent tu comprends ? » J'avais acquiesçai, pas pour autant convaincu. J'avais toujours été persuadée que l'amour était un sentiment éternel, mais à l'évidence non. Je vivais chez ma mère mais voyais mon père régulièrement. Heureusement, notre complicité ne s'était pas ébranlé et pour moi, il était resté le même. Ma mère rencontra quelqu'un un an plus tard. Adam de son prénom, neurochirurgien aux vagues airs du Docteur Mamour, oui c'est ça, celui de Grey's Anatomy. Il avait une fille de dix ans. Quand à mon père il resta un moment seul, se lançant à deux cent pour cent dans la création de son entreprise. Mission réussie. Cela fait maintenant trois mois qu'elle est ouverte et compte déjà plusieurs clients.



C'était début septembre mille neuf cent quatre vingt dix neuf peut être ou avant. J'avais six ans et je marchais d'un pas joyeux, heureuse de reprendre l'école. Je chantonnais en sautillant sous le regard amusé des passants. Mon cartable rose était deux fois plus large que moi, ma robe à fleurs était parfaitement repassé et mes cheveux blonds étaient coiffées en une longue tresse. J'étais tout excité et il fallait que ma mère m'attrape la main pour que je ne fonce pas dans une voiture. J'arrivais enfin devant mon école. Après un rapide baiser sur la joue de mes parents, je rentrais à toute allure dans l'établissement. C'était la première année de primaire. Je ne connaissais personne mais je m'en fichais. J'avais l'impression d'être une grande maintenant. Fini la maternelle. J'étais à l'école maintenant ! Sur un banc au fond de la cour, une petite fille brune regardait ses pieds, les larmes aux yeux. Elle portait la même robe que moi, à la seule différence que la sienne était bleu. Je m'approchait d'elle. « Je peux m'assoir ? » demandai je avec un grand sourire. La brune leva les yeux éberlués puis hocha la tête, troublée. Elle devait se demander qui était cette petite fille blonde aux yeux pétillants et au sourire jusqu'aux oreilles, qui voulait s'assoir avec elle. J'étais bien la seule à être optimiste à l'idée de reprendre l'école. « Pourquoi tu pleures ? Tu es triste ? Tu n'aimes pas l'école ? » demandai je. La petite fille sécha la larme qui coulait sur sa joue d'un revers de main puis dit, la voix tremblotante. « Non... Mais je.. je connais personne ! » Gêné par mon immense cartable, je passais difficilement la main sur son épaule.« Mais si regarde tu me connais ! Je m'appelle Philippa, mais tu peux m'appeler Pippa ! » dis je, toujours avec mon grand sourire aux lèvres. La brune renifla puis sourit. « Moi c'est Alba-Louise. Mais je préfère Alba ». La cloche retentit. Alba frissonna. Je lui attrapais la main et l'entrainais vers les salles de classe « Allez viens ! On peut se mettre à côté si tu veux ! » Elle hésita un cours instant puis me suivit d'un pas rapide. C'est ainsi que naquit notre amitié, tout simplement, dans la cour de l'école. Depuis se jour là, Alba devint ma meilleure amie. Nous étions inséparables. Toujours ensemble. C'était tout juste parfait. Le temps passait, nos caractères évoluaient mais notre amitié ne se dégradait pas.



C'était une belle après midi d'été, le soleil tapait fort. Ma soeur Candie était assise sur une chaise longue au bord de la piscine, absorbé par la lecture de son magazine. Elle portait une belle robe rouge. Son élégance m'avait toujours fascinait. Elle était mon ainée de quatre ans et elle avait toujours été une sorte de modèle pour moi. « Allez Candie ! Viens te baigner ! » appela mon frère Ethan. Comme Candie, il allait sur ses dix huit ans. Ils étaient jumeaux. ma soeur ne daigna pas répondre continuant sa lecture. Elle ne se mêlait pas souvent à nos jeux préférant prendre soin de ses cheveux ou se rendre chez la manucure. Candie était très féminine à l'inverse de moi qui passait mon temps à jouer au football ou avec mon frère dans la piscine. Ethan me chuchota quelques mots à l'oreille puis sortit de la piscine. Je pouffais, puis sorti à mon tour. Il fit mine de prendre sa serviette puis finalement poussa de toute ses forces la chaise de Candie dans l'eau. Je sautillais sur place, morte de rire. « Vous êtes malades ! » cria t'elle énervé. Je sautais dans l'eau pour la rejoindre. Ethan en fit de même. Nous voyant hilares, elle finit par éclater de rire et tenta de nous éclabousser. Malgré quelques quatre années de différences, nous nous étions toujours bien entendu tous les trois. Cependant même si j'étais proche de ma soeur, les liens que je partageais avec mon frère étaient plus forts. Nous avions plus de centres d'intérêts communs et une complicité sans égale. Ce jour là, j'étais allongée sur mon lit. Mes écouteurs visaient dans les oreilles je n'entendais rien d'autre que le morceau de rock qui passait dans mon iPod. La porte s'ouvrit d'un seul coup sur Ethan. Je retirais vivement les écouteurs. « Héé ! Tu aurais pu frapper ! » m'exclamai je. Je remarquais alors qu'il brandissait mon téléphone portable en souriant. Je me levai, me mettant sur la pointe des pieds pour le récupérer, mais Ethan était bien plus grand que moi et c'était peine perdue. « Rend le moi ! » criai je. Il s'amusait à agiter le cellulaire au dessus de ma tête puis pris un air sérieux. « Alors... Comme ça tu as rendez vous avec un certain Kyllian à vingt trois heures sur la place ? » Il avait lu mes messages, j'aurais du m'en douter ! « Oui. C'est un ami. » « Depuis quand donne on rendez vous à des amis un mardi soir à vingt trois heures ? » Il avait l'air grave. Je frissonnai. « Allez Ethan, toi aussi tu le fais ! » « J'ai dix neuf ans Pippa, pas quinze ! » Il s'énervait. « Tu ne sais pas sur qui tu vas tomber à cette heure ! Et si il ne vient pas ? » « Il viendra. » dis je d'une toute petite voix. Ethan était un grand frère très protecteur. Et si ça avait de bons côtés, ça en avait aussi de mauvais. Il afficha finalement un sourire puis passa son bras autour de mes épaules. Je posais ma tête contre son cou. « Écoute Pippa, il faut que tu fasses attention. On ne sais jamais sur qui tu peux tomber ! Je m'en voudrais tellement si il t'arrivait le moindre mal. » Ethan avait eu raison. Ethan avait toujours raison. « Il n'est pas venu » dis je en rentrant dans la chambre de mon frère. Une larme coulait le long de ma joue. Il était près de minuit. J'étais finalement rentrée après une longue heure d'attente seule dans le froid. Kyllian n'était pas venu. Je l'avais appelé, sans succès. J'étais rentrée discrètement, veillant à ne pas faire de bruit. Ethan sorti la tête de sous sa couverture et alluma sa lampe de chevet. « Viens là. » Je m'étais blotti contre lui. Il n'avait pas sorti la fameuse phrase, "Je te l'avais bien dis" Et je ne pouvais que lui en être plus reconnaissante.



Dernière édition par Pippa Harlow-Fawkes le Dim 15 Mai - 16:18, édité 34 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 145


LITTLE ME.
ma situation amoureuse: célibataire
nombre de messages reçu: 1

mon répertoire:

MessageSujet: Re: PIPPA ☮ rolling in the deep   Dim 8 Mai - 19:27



Vous avez déjà ressenti ce sentiment d'insatisfaction ? Le sentiment d'avoir tout mais de vouloir toujours plus. L'impression que quelque chose manque cruellement à votre vie. Une impression qui ne s'estompe pas même quand on obtient l'objet de nos désirs car on aura toujours une autre envie à satisfaire. A cette époque je ne voulais qu'une chose et c'était lui. C'était ridicule, je vous l'accorde. Nate était mon meilleur ami. La garçon avec qui je passais le plus clair de mon temps et à qui je confiais absolument tout. Mais plus le temps passait plus j'avais envie qu'il me voit autrement, que ses étreintes ne soit plus qu'amicales et que ses lèvres se posent sur les miennes. C'était étrange comme sensation. Je m'en voulais tellement d'être prête à risquer notre amitié pour ça. J'étais idiote. Je marchais dans les couloirs du lycée seule, Alba n'était pas encore arrivé. Une voix s'éleva alors derrière moi. « Que fait ma blonde préférée toute seule ?» C'était Nate ! Je fis volte face. Il était là, un immense sourire collé aux lèvres, le regard pétillant. « Alba commence à dix heures. » répondis je doucement. Je manquais d'entrain. En temps normal je parlais tout le temps et rigolais pour un rien, mais ce jour là j'étais ailleurs, je n'avais pas envie de rire. Nathaniel semblait l'avoir remarqué. Lui et Alba me connaissaient mieux que personne. Ils savaient quand je n'allais pas bien. « Tu vas bien Pip' ? Ça n'a pas l'air d'aller ! » C'était le moment, il fallait que je lui dise, il fallait que je lui avoue tout. Quelque soit les conséquences. « Ecoute, il faut que je te parle de quelque chose.. Ca va te sembler idiot que je te dise ça comme ça... » Nate me regardait l'air de ne rien comprendre. Qu'avais je donc à lui avouer ? « ... mes parents divorcent. » Je n'avais pas osé dire la vérité. Certes mes parents divorçaient vraiment mais ce n'était absolument pas ce que j'avais à lui dire. Je n'aurais certainement jamais le courage de lui avouer la vérité.. « Oh Pippa je suis désolé ! » Il me serra dans ses bras. Une larme coulait sur ma joue. Ça avait toujours été comme ça entre nous deux. Il était là pour moi, pour me consoler. Il était le meilleur ami parfait. Et pourtant je ne cessait d'attendre plus. Éternelle insatisfaite. Je restais là un instant dans ses bras. Puis la cloche sonna. Il me lâcha doucement puis plongea ses yeux dans les miens. « Si tu as besoin d'en parler à quelqu'un n'hésite pas. Avec Alba on est là pour toi. » Je souris et le remerciai. Il m'était impossible de me passer de Nate. Il posa un baiser sur ma joue et parti en cours. Je le suivi un instant du regard avant d'en faire de même.



[justify]Alba et moi étions à plein ventre sur mon grand lit. Un tube de Britney Spears passait à fond sur ma petite chaine hi-fi et nous bougions la tête en rythme. Un multitude de magasines étaient posés à nos côtés. Nous étions dans la quête de la robe parfaite pour le bal de fin d'année. Bientôt, nous rentrerions au lycée. Un cap plutôt difficile, aux dires de ceux qui l'avait franchi. J'entourais une énième robe dans le magasine que j'étais en train de feuilleter. Nous voulions êtres les plus belles. Que tout le monde nous admire. Et j'avais dans l'espoir de faire craquer Nate.. J'espérais depuis plusieurs semaines déjà qu'il me propose de l'accompagner au bal mais il ne semblait pas se manifester. Plus le temps passait plus j'avais peu de devoir m'y rendre seule. Alba non plus n'avait pas de cavalier. Nous irions certainement toutes les deux, en temps que meilleure amie bien sûr, aucune ambiguïté possible. Alors que je me levais pour remettre le disque en route, Alba demanda.« Dis Pippa, tu penses que Nate accepterait d'aller au bal avec moi ? » Je tombais des nus. Au sens propre comme au figuré, j'avais glissé sur mon cahier de mathématiques. Comment ça elle voulait aller au bal avec Nate ? C'était avec moi qu'il devait s'y rendre pas elle ! Etait elle désespérée de ne pas avoir de cavalier au point de demander à notre meilleur ami ou était elle bel et bien amoureuse de lui ? Non ! C'était impossible ! Elle m'en aurait parlé. Elle se leva du lit pour m'aider à me relever. « Ecoute, j'aurais du t'en parler... Ca fait plusieurs mois que j'y pense mais je ne savais pas comment te le dire.. Mais voilà, je crois bien que je suis amoureuse de Nate ! Je ne voulais pas t'en parler parce que j'avais peur que ça brise notre amitié. Quoiqu'en fait il n'y a aucune raison. » Comment pouvait elle ! Comment osait elle ! « Tu n'as pas le droit » m'écriais je, les yeux brouillés par les larmes. Alba me regarda un instant perplexe. « Ne n'inquiète pas Pip', même si je sors avec lui ça n'aurait aucune conséquence sur notre amitié, tu seras toujours ma meilleure amie ! » Pourquoi ne comprenait elle pas que j'étais éperdument amoureuse de Nate moi aussi ? « Tu n'as pas le droit » hurlai je à nouveau. Alba eu un mouvement de recul et me fixa un instant. Muette. J'avais les yeux rouges et des larmes ruisselaient le long de mes joues. « Oh mon dieu Pippa.. Toi aussi tu es amoureuse de lui, c'est ça ? » C'était la dernière fois que je parlais à mon amie. Cette discutions avait mis un froid entre nous. Finalement, Nate n'alla au bal avec aucune de nous. Il avait trouvé cavalière en la personne d'Hespie Jagger, une cheerleader, comme moi. Je pouvais m'empêcher de penser que ça aurait pu être moi à son bras ce soir là. mon cavalier, lui, s'appelait Bradie. Il était dans la même équipe de football que Nate. Quand à Alba, je ne l'avais pas vu de la soirée.



Une mèche de cheveux s'échappait de ma queue de cheval. Il faisait bon pour une soirée d'Octobre. C'était la fameuse fête foraine d'Ellygtown. Elle avait lieu tous les ans à la même période. J'étais venue accompagnée de mes meilleures amies comme toujours. « On fait celui là ! » s'était exclamé Callie. Les autres étaient enthousiasmées. Pas moi. J'avais toujours eu une peur bleue des manèges d'horreurs comme celui là. Il s'agissait d'un petit tracteur conduit pas un homme effrayant. Il passait dans la forêt où avait été installé toute une mise en scène, faux cadavres, cercueils et monstres en tout genre. Très peu pour moi. Je les avais laissé partir sans moi et prenait quelques clichés de la fête. J'étais depuis toujours fasciné par les appareils photos. Passionnée de photographie. Ce pouvoir qu'on a de capturer un instant c'était juste, magique. Alors que je faisais ma mise au point, l'image devint subitement noire. J'éloignais un peu l'appareil, craignant qu'il soit cassé. Un jeune homme blond se tenait debout devant moi. J'étais soulagée, ce n'était pas mon appareil qui avait un problème, j'avais tout simplement cadré sur la veste de l'inconnu. « Désolé d'avoir gâché ta photo. » s'excusa t'il en passant la main dans ses cheveux. Je secouais la tête. « Oh non, ce n'est rien ! » Il sourit. Je sentis mes joues chauffaient. Elle devenaient certainement écarlate. Je mordillais frénétiquement ma lèvre, signe que j'étais mal à l'aise. Le garçon reprit la parole. « Tu es toute seule ? » « Non, mes amies sont parti faire cette attraction mais c'est pas tellement mon truc. » Il parut déçu. J'avais fait ou dit quelque chose de mal ? « Tu le ferais avec moi ? » demanda t'il finalement avec un sourire narquois. Je le fixai éberlué. Certes passer du temps avec ce bel inconnu était une proposition plus qu'alléchante mais pourquoi dans cet affreux manège ? « Je ne suis pas sûre que ce soit une très bonne idée... » commençai je, mais avant même que je n'eus pu finir ma phrase, un attrapa ma main et m'entraina vers l'entrée. Je pris place sur le tracteur à ses côtés. Il gardait ma main dans la sienne, et je dois dire que ça ne me déplaisait pas. Il s'appelait Sandro et venait d'Athènes en Grèce. Il habitait à Ellygtown depuis peu, son père venait d'être muté ici. J'appris également qu'il avait une petite soeur et un frère ainé. Je lui parlais aussi de moi, d'Ethan et Candie. Je ne prêtais pas tellement attention aux monstres. Je sursautai de temps à autre, poussait un petit cri. Mais c'était tout. La promenade s'acheva, à mon plus grand regret. Il m'aida à descendre du tracteur et lâcha ma main. J'aurais aimé qu'il la garde encore et encore mais la promenade était finie. Il sorti son téléphone et me prit en photo « C'est pas la même qualité que tes photos mais ça fera l'affaire. » Je le donnais mon numéro. Il en fit de même. En sortant mon téléphone je remarquais que mes amies avaient essayé de me joindre. J'avais passé un excellent début de soirée en sa compagnie.


Dernière édition par Pippa Harlow-Fawkes le Dim 15 Mai - 20:49, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 145


LITTLE ME.
ma situation amoureuse: célibataire
nombre de messages reçu: 1

mon répertoire:

MessageSujet: Re: PIPPA ☮ rolling in the deep   Lun 9 Mai - 19:39


Mes cheveux blonds voletaient au gré du vent. J'étais au volant de la voiture de Sandro. Une décapotable datant des années soixante qu'il avait entièrement retapé. Il travaillait souvent avec son père dans le garage familiale. Je trouvais ça mignon. « Je croyais que tu savais conduire ! » plaisanta Sandro alors que je me débattais avec les vitesses. Il riait de bon cœur. « C'est pas ma faute si ta voiture pourrie n'avance pas » rétorquai je en grimaçant. Il posa sa main sur la mienne et m'aida à passer la vitesse. Je frémis au contact de sa paume. Il l'a laissa là durant la fin du trajet. Je garai la voiture dans une petite rue. Nous étions dans une petite ville à quelques kilomètres d'Ellygtown. C'était désert et nous marchions côte à côte. Riant, discutant de tout et de rien. J'aurais aimé que cet instant ne s'arrête jamais. Je ne voyais pas le temps passé. Nous étions là, tout les deux, assis dans ce parc, seuls. « Dis moi si tu trouves que je parle trop. Je suis une bavarde invétérée. » Sandro éclata de rire. Il remit une mèche de mes cheveux derrière mon oreille puis dit. « Non... Je ne voudrais pas réveiller tes mauvais esprits. Bien qu'en fait.. Je pense que tu n'en as aucun. » J'étais aux anges. Littéralement. C'était tellement parfait. Sandro était unique. « C'est le meilleur après mid... » Je n'eus pas le temps de finir ma phrase qu'il se penchait vers moi et collait ses lèvres contre les miennes. « Le meilleur après midi que j'ai passé depuis bien longtemps. » « Y’a un truc étonnant chez toi Pippa, dès que j’suis près d’toi, j’retiens mon souffle.» Je sentis mes joues virer à l'écarlate. Une fois de plus. Comme à chaque fois que j'étais en sa présence en fait. Et voilà, j'étais tombé amoureuse. C'était tellement ridicule à dire mais c'était un faite. Il m'avait mis la tête à l'envers. Depuis ce jour, j'étais devenue dépendante. J'avais besoin de lui. Ce bonheur dura trois mois. Trois mois durant lesquels je ne pouvais me passer de lui. Trois mois inoubliables. Ce soir là, j'étais rentré la tête dans les étoiles. J'étais sur mon petit nuage. Dans un monde parallèle. C'était beau. Mais ce fut suivi d'un affreuse douche froide.



Dans une petite ville comme Ellygtown, il était difficile de ne pas être au courant de tout. Les nombreuses disparitions, j'en avais entendu parler. Tout le monde s'inquiétait. Les enfants ne sortaient plus après l'école, le soir, les rues étaient désertes. Mes parents m'avaient demandé d'être prudente et d'éviter de me promener seule le soir. Je n'étais pas du genre froussarde mais cette histoire me faisait froid dans le dos. Je connaissais les disparus. De nom pour certains, plus personnellement pour d'autre. « Tu as entendu parler de ces histoires de meurtres ? ça fout les ch'tons tu trouves pas ? » Callie et moi marchions côte côte dans les couloirs de l'école. Nous avions terminé les cours et nous apprêtions à rentrer. « Ils ne sont pas morts ! Si ? » Callie leva les yeux au ciel et pris un air supérieur qui m'exaspérait. « Franchement Pippa, tu fais quoi le soir ? Pourquoi est ce que tu ne regardes pas les experts comme tout le monde. » Je soupirais. Ces histoires étaient vraiment étranges. Au moment où je posai mes livres dans mon casier, mon cellulaire vibra. J'ouvris le message sans attendre, espérant qu'il provenait de Sandro. L'expéditeur était inconnu. Je commençais à lire le message à haute voix. « Alors pétasse tu comptais cacher bien longtemps... » Je m'arrêtais net. Callie me jeta un coup d'oeil inquiet. « Ça va ?» demanda t'elle. J'hochai la tête sans un mot. Je lu une nouvelle fois le message, dans ma tête cette fois. Alors pétasse tu comptais cacher bien longtemps à Candie que tu avais embrassé son petit ami ? Tu veux peut être que je me charge de lui dire ? Un nouveau drame chez les Harlow-Fawkes ? xxx Queen Bee. Je regardais partout autour de moi. Qui avez bien pu m'envoyer ce message ? Un petit plaisantin ? Impossible. Personne n'était au courrant. Personne sauf Bailey. Le fameux petit ami de ma soeur ainée. nous avions pas mal bu ce soir là. C'était lors de la soirée d'anniversaire de Candie. Elle était tellement occupé qu'elle n'avait pas porté attention à son petit ami, arrivé fraichement de Chicago, il ne connaissait absolument personne et je lui avais tenu compagnie. Je n'avais jamais osé en parler à Candie mais désormais quelqu'un d'autre semblait être au courant et il fallait que je me dépêche de tout avouer si je ne voulais pas qu'elle l'apprenne par quelqu'un d'autre.



Ce jour là, j'avais bien passé une heure dans la salle de bain. Comme à chaque fois que je m'apprêtais à voir Sandro en faite. Je voulais être parfaite. Je voulais qu'il me regarde de la même façon que moi lorsque je posais les yeux sur lui. Je voulais qu'il m'aime encore et encore. Une fois mes cheveux parfaitement coiffés, ma robe à fleur revêtu et mon maquillage terminé, je sortis de chez moi. J'étais sur un petit nuage. Sandro m'attendait devant la maison. Mon cœur fit un bond. Il me prit dans ses bras et déposa un long baiser sur mes lèvres. Tout était parfait. « Alors où on va ? » demandai je, légèrement surexcité. Il afficha un petit sourire triste que je ne remarquai que plus tard. « Un promenade dans le parc vous conviendrait elle? » demanda t'il en prenant ma main. J'acquiesçai, enthousiaste. Le dit parc ne se trouvait qu'à quelques minutes à pieds. Nous marchions main dans la main. Silencieux. J'aurais du comprendre que quelque chose n'allait pas mais j'étais tellement heureuse que je n'y prêtais pas attention. Je profitai du moment présent sans penser à autre chose. Le parc était rempli. Des familles qui se promenaient, des jeunes enfants qui jouaient à la balle, des personnes âgés qui discutaient sur un banc. C'était très animé. Sandro s'arrêta alors. « Écoute Pippa, il y a un truc très important dont je voulais te parler. J'aurais du te le dire avant je sais... » Il marqua une courte pause. Je frissonnai. Il me quittai ? Déjà ? Non ! C'était impossible ! Je sentais ma gorge se nouer. « Mais je ne savais pas comment te l'annoncer.. C'est plutôt difficile mais il faut que je le fasse. Pour moi, tu comprends ? » Non je ne comprenais pas bordel ! Pourquoi ne pouvait il pas s'exprimer plus clairement ? « Tu me quittes c'est ça ? » Je sentis une larme coulait le long de ma joue. Il me l'essuya puis poursuivi. « Non pas du tout ! Enfin c'est plus compliqué que ça.. Je pars pour Seattle. » Seattle ? Sandro m'avait expliqué ses histoires familiales. Je savais qu'il partirait un jour rencontré sa mère. Mais pourquoi fallait il que ce soit si tôt. « Ça va faire un an que je suis à Ellygtown. Je m'y plait vraiment tu sais. J'ai rencontré des personnes formidables, toi la première. Et de loin... Mais j'ai vraiment envie de rencontrer ma mère. » C'était normal mais je ne pouvais m'empêcher de trouver ça injuste. Je le voulais auprès de moi pour toujours. « Et si tu tombés amoureux à Seattle, et si tu ne reviens jamais ? » Je pleurais, n'arrivant pas à m'arrêter. Il me serra dans ses bras. Je repoussai son étreinte. « Je ne tomberais amoureux de personne Pippa. Mon cœur t'appartient et ceux n'importe où je me trouve. » « Comment peux tu en être si sûr ? Tu mens ! » C'était la dernière fois que j'avais vu son visage. Sur ces mots, j'étais parti en courant. Il avait tenté de me rattraper. En vain. Je n'avais pas souhaité le revoir. Prétextant une migraine atroce auprès de mes parents. Le lendemain, tout le monde était au courant. Il était parti. J'avais le cœur en miette.


Dernière édition par Pippa Harlow-Fawkes le Dim 15 Mai - 16:16, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 145


LITTLE ME.
ma situation amoureuse: célibataire
nombre de messages reçu: 1

mon répertoire:

MessageSujet: Re: PIPPA ☮ rolling in the deep   Dim 15 Mai - 13:13



Les paumes de Stone étaient plaquées contre mes yeux. Je ne voyais rien et il me guidait jusqu'à l'entrée puis découvrit mon visage en criant. « TAADAAAAAAAAAAAM. » L'appartement était super. Spacieux. Bien décoré. C'était parfait. J'étais sans voix. « J'ai tenu à ce que notre petit nid d'amour soit parfait » dit il avec un sourire charmeur. J'éclatais de rire. Stone c'était un peu comme un second frère. Mon voisin depuis plus de quinze ans et certainement un de mes amis les plus fidèles. Il n'a qu'un an de plus que moi et depuis notre plus jeune âge nous sommes inséparables. « J'adore » m'exclamai je « C'est... fabuleux ! » Stone afficha un sourire satisfait. Il m'avait proposé quelques mois plus tôt d'emménager dans son appartement. Comme de simples amis bien évidement, rien d'ambigüe là dedans. Nous nous connaissions depuis des années. Nous étions un peu comme des âmes soeurs et il nous a toujours était facile de savoir ce à quoi pensait l'autre. Mais attention, même si entre amitié et amour, il n'y a qu'un pas, lorsque les deux amis ont juré de ne jamais tomber amoureux l'un de l'autre, rien ne peut aller plus loin d'une simple, mais belle, amitié. Du moins c'est le cas pour Stone et moi. Je n'avais jamais imaginé une seconde que nous puissions être un couple. Et lui non plus d'ailleurs. Comment je le sais ? Nous sommes connectés, je vous l'ai dis. « C'est génial alors. Il faut fêté ça !» Stone et moi partagions le même goût très prononcé pour les soirées alcoolisé. Cependant, je pouvais me vanter d'être plus raisonnable que lui. Bien que ce ne soit pas un grand mérite. J'avais l'habitude de le ramasser à la petite cuillère après de nombreux verres. Mais ce n'était pas une contrainte. Ça faisait parti de l'amitié, et lorsque j'avais choisi Stone je l'avais pris avec ses défauts. « Je suis partante. D'ailleurs je parie que tu as déjà invité tout le monde ! » dis je en souriant. A peine avais je fini ma phrase que la sonnerie de l'entrée retentissait dans toute la maison. « Tu es trop prévisible Stone, ça va te jouer des tours ! » m'écriais je en riant. Il alla ouvrir la porte, m'adressant une grimace.



« Bordel Pippa éteins ton téléphone, ça fait une demi-heure qu'il vibre ! » Callie était allongé à mes côtés sur le sol. Elle empestait l'alcool, comme moi d'ailleurs. La soirée de la veille avait été mouvementé. Un tas d'amis avait débarqué et nous avions beaucoup trop bu. J'attrapais mon téléphone qui trainait sur le parquet à quelques centimètres de moi. « TREIZE HEURES ?! » m'écriai je en voyant l'heure s'affichait. J'avais cinq appels manqué et une demi douzaine de sms. Tous provenant de ma mère. J'avais rendez vous avec elle et mon beau père à midi trente pour déjeuner. Il m'était impossible de sortir comme ça. Je portais un tee-shirt de Stone trop grand et un pantalon de jogging. Mes cheveux blonds étaient trempés et sentaient le tabac. Je n'étais pas belle à voir. Je me dirigeais vers ma chambre pour prendre des vêtements propres. Deux personnes non identifiés dormait par terre et Stone était couché à plat ventre dans mes couvertures. J'essayais de faire le moins de bruit possible. Après une douche bien chaude. J'enfilais en vitesse un jean et une chemise blanche puis partit. J'envoyais un message à mon cher colocataire pour le prévenir de mon départ. Heureusement mes parents n'habitaient qu'à deux minutes à pieds. Je sonnais. Ma mère m'ouvrit la porte, l'air énervé. « C'est maintenant que tu arrives ? » dit elle sèchement. « Désolé maman, on fêtait l'anniversaire d'Alexys. Elle habite à l'autre bout de la ville et il y avait du monde sur la route » mentais je. Elle hocha la tête pas franchement convaincu puis m'entraina vers le salon. Elle afficha alors un radieux sourire. « J'ai une surprise pour toi. Devine qui est là ? » J'avais peur. Ma tante Monna ? Ma grand-mère ? Non pas que j'avais une dent contre elles, non, loin de là. Mais lorsqu'elles venaient déjeuner, le repas s'éternisait. J'entrais dans la salle à manger. Et là ce fut le choc ! Je manquais de tomber à la renverse. Qu'est ce qu'il faisait ici ? N'était il pas censé être à Seattle ? « SURPRISE ! » s'exclamèrent mes ma mère et Cooper en chœur. Je ne bougeais pas. Figeais. Sandro m'adressa un sourire timide. « Allez Pippa assis toi ! Le repas doit déjà être froid. » Ethan et Candie étaient absent. La seule place libre se trouvait à côté de Sandro. Évidement. Je tirais la chaise et m'assis. « Cooper, viens m'aider à porter les plats ! » Il se dépêcha de la suivre dans la cuisine, m'adressant un sourire en coin. Super ! Sandro resta un instant muet, tout comme moi, puis il dit soudain. « Je suis désolé de te surprendre comme ça... J'étais passé hier soir mais tu n'étais pas là alors ta mère m'a proposé de venir ce midi. » « Je n'habite plus ici.. » commençai je. « J'ai un appartement avec Stone à quelques pas d'ici maintenant. » Sandro me regarda interdit puis demanda finalement « Tu ... enfin vous... êtes ensemble maintenant ? »« Non. » J'étais froide. Je m'en voulais. Il n'y était pour rien. Mon coeur battait toujours la chamade lorsque j'étais près de lui. J'avais toujours cette envie qu'il me sert contre lui, qu'il pose ses lèvres contre les miennes. Mais j'étais distante. C'était plus fort que moi. Je me détestais. J'étais ignoble avec lui alors qu'il ne m'avait rien fait. J'éclatais alors en sanglot. « Pippa, ça va ? » Je ne répondais pas et montais à l'étage en courant.



Je n'avais pas revu Sandro depuis le fameux dimanche midi qu'il avait passé chez moi. Je ne pourrais pas l'éviter indéfiniment certes mais pour l'instant je me débrouillais assez bien pour ne pas croiser son chemin dans les couleurs du lycée. Du moins pas jusqu'à ce mardi là. C'était un matin comme les autres. Je sortais de mon cours de chimie, mes livres sous le bras. Entourée de mes amies. Même si j'étais la capitaine de l'équipe de cheerleadering du lycée, j'étais la seule à ne pas porté le sempiternel uniforme dans les couloirs. Je trouvais ça ridicule, comme si montrer que l'on appartenait à un groupe nous rendait supérieur. Bref, au moment où j'allais rentrer en classe, je les vis. Ils ne faisaient rien de mal, non. Elle était simplement adossé à un casier. Un immense sourire aux lèvres. Lui était face à elle, le bras tendu et la main posé sur le casier d'à côté. On aurait dit un couple et cette simple idée me fit frissonner. Il m'aimait toujours n'est ce pas ? C'était moi qui aurait du être contre ce fichu casier. « C'est qui cette fille ? » Demandai je à mes amies. C'est Callie qui répondait. « Sephora Delaurentis, une sacré chaudasse. Elle est arrivé il y a quelques jours mais elle est bien parti pour se taper tous les mecs du bahut en un temps record. » Delaurentis ? Comme Alba-Louise Delaurentis ? Etait il possible qu'elles soient soeurs ? Ou cousines peut être. En tout cas, si Alba avait en quelques sortes brisé l'histoire qui aurait pu naitre entre Nate et moi, cette satanée Sephora ne se mettrait pas en travers de ma relation -officiellement terminée il est vrai- avec Sandro. Je ne cachais pas mes sentiments pour lui, du moins pas à mes amis, lui pensait certainement que s'était terminé mais je n'arrivais pas à tirer un trait sur notre histoire. Dès qu'il fut éloigné, je m'approchais de Sephora. « Tu connais Sandro ? » demandai je calmement. Elle n'eut pas l'air étonnée que je lui adresse la parole sans raison. « Son cul est une dinguerie ! » dit elle simplement en hochant les épaules. Je frémis, cette fille ne manquait vraiment pas de culot. « C'est mon petit ami. » « Pourtant il avait l'air cent pour cent célibataire quand il m'a invité à sortir. » Elle m'adressa un sourire narquois avant de tourner les talons. BITCH songeai-je. Qui était elle pour marcher sur mes plates bandes ? Sandro était à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Contenu sponsorisé »




MessageSujet: Re: PIPPA ☮ rolling in the deep   

Revenir en haut Aller en bas
 

PIPPA ☮ rolling in the deep

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« EMPIRE STATES OF MIND » :: PART I. welcome to ellygtown :: DON'T YOU KNOW THAT YOU'RE TOXIC :: PRESENTATIONS VALIDEES-