AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

« Invité »
Invité



MessageSujet: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Dim 14 Nov - 17:08

FITZGERALD, Ally-Swann Iseult


« citations, paroles, ... peut importe! une phrase sur votre personnage »


cause this is the life.
Je m'appelle Ally-Swann Iseult Fitzgerald. Oh oui, c'est long comme nom. Et pas forcément évident à porter. Combien de fois des gens que j'avais rencontré à l'école me disait "hum... tu t'appelles comment déjà ?". Je ne les compte même plus. C'est pour ça que depuis, je propose qu'on m'appelle juste Ally, mais après si vous arrivez à retenir mon prénom, c'est comme vous le sentez. Enfin bref. Je suis née le treize avril mille neuf cents quatre-vingt douze, j'ai donc dix-huit ans depuis un peu plus de six mois. Niveau caractère. Je suis une fille plutôt dynamique, indépendante et compréhensive avec les autres. Je suis gentille. Disons que je n'irai pas vous faire des crasses si vous m'avez rien fait. Par contre, je suis rancunière, têtue et plutôt dévalorisante sur moi-même. D'où un certain perfectionniste que beaucoup de personnes m'ont déjà reproché. Mais pour moi ce n'est jamais assez bien ce que je fais. Ma situation amoureuse ? Célibataire. Après une relation quelque peu... glauque, je l'admet. Mais ça, vous le saurez un peu plus en détail.

my dirty little secret.
Avant, je vivais à Saint Louis, dans l'état du Missouri. Je suis née là-bas, étudiais là-bas. Mais il y a deux ans, j'ai brusquement déménagé. Pourquoi ? C'est simple. J'entretenais une relation interdite avec un de mes professeurs. Je vous jure. On se voyait après les cours, s'embrassait quand on en avait l'occasion et j'ai même eu ma première fois avec lui. Ne me demandez pas comment j'ai pu me retrouver dans une situation pareille. Mais un jour, un de ses élèves nous a surprit dans le gymnase, il a été renvoyé et moi de même. Après tout je faisais tâche avec le décor. Je n'ai plus eu de nouvelle, et ma mère a refusé que je continu mes études, du moins que j'aille dans un établissement. Des cours par correspondance, j'ai tout ce que j'ai eu comme contact avec le monde du savoir pendant un an. Maintenant que nous habitons ici, elle a acceptée de me laisser retourner dans un vrai lycée, même si elle a peur que cette histoire se répète à nouveau.


    dreams are made of.
    Moi c'est Aline, et mon pseudonyme est candies-world. J'ai dix-sept ans, bientôt dix-huit dans un peu moins de quatre mois. Je suis en Terminal L, j'aime lire et écrire des post à longueur de journée. Je vous préviens tout de suite, je suis complètement cinglée (a) J'aime me lancer dans des délires sans queues ni tête partout, que ce soit en plein cours ou au fin fond de ma chambre. Mon avatar n'est autre que l'adorable Alexis Bledel. Et pour finir. Que la folie vous prenne tous mes amis muhahahaha !




Dernière édition par Ally-Swann I. Fitzgerald le Dim 14 Nov - 18:02, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas

« Invité »
Invité



MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Dim 14 Nov - 17:08



Chapitre un: Le commencement
« Joyeux anniversaire ma chérie » « Aww, merci ! » La jeune femme sourit, les yeux pétillants de joie, alors qu’elle attrapa maladroitement le paquet que son petit ami lui tendait. Il était recouvert d’un papier cadeau rouge sombre, orné d’un ruban doré. Niais, se serait-elle dit si elle n’avait pas rencontré l’amour, le vrai. « Tu peux pas savoir comme ça me touche ! » Il lui répondit par un sourire amoureux, l’excitation qu’elle découvre ce qu’il lui offrait habitant ses yeux en même temps. Elle ne put se retenir plus longtemps. Elle arracha le ruban qui était collé par un simple adessif, le plaça à côté d’elle avant de déchirer le papier. Il ne la quittait pas des yeux, d’un air doux et protecteur à la fois. L’amour pouvait donner des ailes, mais aussi des armes contre les obstacles de la vie. C’est ce qu’il pensait depuis qu’il avait croisé le regard de la blondinette qui lui faisait face. Cette dernière finit par découvrir une simple boite, rectangulaire, et quand elle la secoua elle ne perçut aucun bruit s’échapper de cette boite. Elle lança un regard interrogatif à son petit ami, qui se mit à rire. « Ouvre le, bécasse ! » Elle lui fit une grimace, puis ouvrit le cadeau. Elle resta quelques instants à regarder ce qu’elle contenait, et ne put s’empêcher d’avoir les larmes aux yeux. Les hormones, diront certain. Elle contenait une paire de petites chaussettes en laine, tricotées main, de couleur rose pâle. « Steven… c’est… » « C’est ma mère qui les a tricotées. Ça sera parfait pour la nouvelle venue. » Ils se regardèrent, avant de poser en même temps un même regard sur le ventre rond de la jeune femme. Depuis huit mois maintenant qu’ils l’attendaient. Leur fille. La maman posa sa main sur son ventre, le caressant doucement. Elle n’allait pas tarder à naitre. « Et j’ai autre chose… » Elle releva le regard, un petit sourire aux lèvres, alors qu’elle suivit la main de son petit ami plonger dans le sac où il avait mis chaque cadeau qu’il lui avait amené. Et elle le vit sortir une minuscule boite. Son cœur s’arrêta à sa vue. Était-ce… « Jessica… veux-tu m’épouser ? » Un silence envahit la pièce, alors que Steven ouvrait doucement l’écrin. Elle découvrit une bague plus belle qu’elle ne l’aurait jamais imaginé. Elle plaqua une main sur sa bouche, comme si cela allait stopper l’écoulement de ces larmes qui glissaient doucement sur ses joues. Lui, était stressé depuis le matin. Il avait préparé un discours mielleux pour qu’elle ne refuse pas. Et il avait tout oublié à partir du moment où il avait décidé de faire sa demande devant elle. Elle eut un immense sourire, qui ne dura pas. Une vive douleur au niveau de son ventre naquit au moment même où elle voulait lui répondre. Elle se crispa, grimaça et posa instinctivement sa main sur l’origine de la douleur. Elle se mordit la lèvre. Elle releva le regard vers Steven qui avait déjà posé l’écrin sur la table pour venir près d’elle. « Ça va ? » « Oui. Pour tes deux questions. Mais là… j’crois qu’elle va arriver. » Elle avait à peine prononcé cette phrase qu’il l’aidait déjà à se relever et l’entraina vers sa voiture. Le reste des cadeaux attendront bien. Il prit place à la place du conducteur, et démarra la voiture. Dès qu’elle fut allumée, il appuya, comme on dirait pour rire, sur le champignon. Il roulait très vite pour que sa petite amie puisse arriver à temps à l’hôpital, qu’on puisse les prendre en charge elle et leur bébé. Cette dernière n’était pas totalement rassurée à cause des virages qu’il prenait sans prendre la peine de pleinement ralentir, mais elle se contentait de se cramponner à son siège et à sa portière, tout en maintenant sa main sur son ventre, retenait des gémissements de douleurs au fil des contractions qui se rapprochaient. Il n’y avait plus que cinq minutes d’écart entre chacune d’elles lorsqu’ils arrivèrent enfin à l’hôpital de Saint-Louis. « Reste là j’vais chercher des infirmières. » « Je veux bien t’attendre, mais dépêches-toi, je sens que la petite va pas se gêner pour sortir dans les minutes qui viennent ! » Il courut presque jusqu’à la porte de l’établissement, tout en criant que sa petite amie allait avoir un bébé. Toute une équipe se pressa donc autour de la voiture, afin d’extraire la jeune femme, de l’installer sur un brancard et de l’emmener. Ils acceptèrent que Steven entre avec eux dans la salle d’accouchement, afin de la soutenir. De longues heures s’ensuivirent, brisées par des hurlements de douleur à vous glacer le sang, des cries venant de l’équipe qui prenait en charge la future maman, des aides soignantes qui lui donnait des conseils. Et enfin, la délivrance. La maman suffoquait alors qu’un cri aigu vint ravir l’ensemble des personnes dans la salle. « Voilà votre fille. » Le médecin en chef de l’équipe soupira de contentement, alors qu’il vint poser le nouveau né sur la poitrine de Jessica. Elle avait le sourire aux lèvres, malgré l’épreuve qu’elle venait de traverser. « Comment allez-vous l’appeler ? » « Ally-Swann. Ally-Swann Iseult Fitzgerald. »



Chapitre deux: La tourmente
« Ally-Swann ? » La jeune fille se retourna, et tomba nez à nez avec son professeur de littérature. Il était à peine plus vieux quelle, apparemment il venait de sortir des bancs de l’école pour devenir professeur dans son lycée, à Saint-Louis. La plupart de ses camarades étaient limite en train de baver devant lui à chacun de ses cours. Ce qui n’était pas le cas d’Ally. D’accord il était beau, mais sans plus. « Oh bonjour ! Je ne m’attendais absolument pas à vous trouver ici. » « Oui, même si on est une espèce à part, certains profs aiment squatter dans les starbucks. » La brunette sourit à cette remarque. « Vous n’êtes pas plus différent que moi en réalité. Vous avez vécut les mêmes épreuves que nous à notre âge. » Son professeur en sourit à son tour. « Pas faux. Tu es seule ? » Elle se contenta d’acquiescer, avant d’attraper le café qu’elle avait commandé. Elle avait l’intention de se connecter ensuite sur le net afin de pouvoir consulter ses mails et d’aller sur son twitter. Rien de bien réjouissant en somme. « Ça ne te dérange pas si je me joins à toi ? Je suis moi-même exclu de ce monde des professeurs. » « Vous n’avez pas peur des "on dit" ? » Un éclat malicieux vint traverser son regard, ce qui fit frissonner la jeune fille face à lui. « Techniquement, nous sommes à l’extérieur de l’établissement. Donc pas de hiérarchie. Je prends donc un café avec une fille avec qui je m’entends bien. Pas d’ambigüité. N’est-ce pas ? » Ally-Swann se contenta de réfléchir durant quelques secondes. Ce qu’il disait n’était pas totalement faux. C’était même vrai, dans un sens. Elle finit par hausser les épaules. Après tout, pourquoi pas ? « Très bien. Oh, et pas de monsieur Buckley, ça me rend toujours mal à l’aise. Appel moi Zayne. »

C’est ainsi que tout commença. Nous parlions tranquillement de livres, de récits que nous apprécions tout deux, puis de nos différents voyages. Bref, une conversation tout bonnement naturelle entre un homme et une adolescente. Ça aurait pu ne pas aller plus loin. Mais cela devenait quotidien. Chaque soir, après les cours, je venais à ce même starbucks pour souffler, décompresser de ma journée, et chaque soir, il était là. Comme s’il m’attendait. Comme s’il voulait encore discuter avec moi plus longuement de nos lectures communes, et ces conversations prenaient bien deux heures de notre temps. Avec lui, je pouvais parler sans passer pour une idiote, car il trouvait chacune de mes visions de l’œuvre et chaque idée qui en résultait intéressante. J’adorais le voir lever les yeux au ciel, pour réfléchir à ce que je venais de dire. Et plus les semaines passaient, et plus j’appréciais sa présence. C’est sans doute à ce moment là que j’aurai dut arrêter. Mais il était toujours là. On s’attendait pour parler. Oui, on s’attendait. L’un gardait une place pour l’autre. C’était étrange, mais si apaisant en même temps. Ça aurait pu s’arrêter là. Ça aurait dut s'arrêter là.

Les semaines passaient, et Ally-Swann et Zayne se retrouvaient toujours pour partager leur même passion pour la lecture. Cependant, le jeune homme, parfois, ne venait pas. Elle avait beau l’attendre certain jour, il ne venait pas. Puis le lendemain, il venait, mais essayait de mettre une distance entre eux. Ce qui blessait intérieurement la jeune fille. Elle crut tout de suite qu’elle avait fait quelque chose de mal. Qu’elle avait dit un mot de travers ce qui avait vexé son professeur. Elle se disait que s’il avait quelque chose contre elle, il viendrait lui en parler. Mais il ne venait plus. Il l’évitait, c’était sûr. C’est ainsi qu’un jour, à la fin de son cours, elle fit exprès de ranger ses affaires plus lentement pour pouvoir se retrouver seule avec lui. Alors qu’il effaçait le tableau, elle releva le regard, essayant de nier ce cœur qui battait de plus en plus vite. C’est le stress, se disait-elle. « Est-ce que vous m'évitez ? » Il arrêta brusquement son geste, manifestement surpris qu’elle soit encore là et qu’elle lui pose en plus cette question. Elle l’entendit tousser, par la gêne, avant de poser la brosser sur le rebord du tableau. « Oui. » Cette réponse la désarçonna, et sentit son cœur se serrer. Une boule se formait déjà dans sa gorge. Elle avala sa salive pour essayer de la faire partir. Mais rien n’y faisait. « Pourquoi ? » Demanda-t-elle avec une petite voix. Elle se sentit alors capable de se lever de son siège, s’aidant tout de même des tables pour ne pas perdre l’équilibre et se rendit à pas très lent vers le bureau de son professeur. Ce dernier était toujours de dos, comme s’il avait peur de lui faire face. Comme s’il la craignait. « Parce que c’est mieux ainsi. C’est mal ce que nous faisons. » « Discuter littérature dans un starbucks c’est mal ? Depuis quand c’est un délit ? » La colère prenait de plus en plus part dans son âme. Elle vit Zayne se crisper, puis il hocha la tête négativement, toujours dos à elle. « Tu ne comprends pas. » « Qu’est-ce que je ne comprend pas ? J’ai fais quelque chose de mal ? » « Non pas toi ! » La colère semblait l’habiter aussi. Elle se rapprochait encore. Elle était à présent devant son bureau. Lui, il n’avait toujours pas bougé. « Qui alors ? » « Moi. » Elle contourna le meuble. Elle était à côté de lui. Elle ne le quittait pas des yeux. Comme si elle avait peur qu’il ne disparaisse si elle regardait ailleurs. En même temps, elle calculait le nombre de minutes qu’ils leur restaient pour s’expliquer. Et une question se posa alors dans son esprit. Pourquoi auraient-ils besoin de s’expliquer ? S’il ne voulait plus la voir, tant pis ! Oui, mais cette simple pensée la rendait de plus en plus triste, et son cœur se serrait de plus en plus. Sa respiration s’accélérait au fil de sa progression. De son ascension vers lui. Il finit par soupirer. « C’est moi qui fais quelque chose de mal en te côtoyant. » « En quoi c’est quelque chose de mal ? Qu’est-ce que j'ai fais ? » « Je t’ai dit que ce n’était pas toi le problème… enfin, dans un sens si. Enfin bref ! Tu as cours maintenant. » « Je ne quitterai pas cette salle si tu ne me dis pas ce qui ce passe. » Il grogna, mais elle ne cilla pas. Elle le força à se tourner vers elle, et croisa les bras sur sa poitrine. Il finit par relever les yeux vers elle. « Le cœur a ses raisons que la raison ignore. T’es contente ? » Le silence tomba dans la salle. Il détourna le regard. Elle n’en croyait pas ses oreilles. Comment pouvait-il… l’aimer ? Elle était loin d’être le genre de fille qui pourrait être avec lui. Elle l’imaginait avec des filles sublimes, élancées, presque aussi belles que des tops modèles. Pas avec elle. Pas avec une fille aussi banale. « Tu veux dire… » « Tu as compris. C’est pour ça que je t’évite. Mais plus je t’évite, plus tu me manques. Et plus je suis attaché à toi. » Ce fut à son tour de détourner le regard. « Tu va peut-être trouver ça bête… mais je crois que c’est pareil pour moi. » Il reporta immédiatement son attention sur l’adolescente. « Tu te moques de moi ? » « Est-ce que je suis du genre à faire ça ? » Ils croisèrent leur regard, et le silence retomba comme un énorme rideau qui les séparait. Elle tremblait. Elle se rendait de plus en plus compte que son cœur ne désirait qu’une seule chose. Et il vint la lui apporter. Comme prit d’une pulsion irrésistible, il s’approcha vers elle, l’attrapant par le bras et posant doucement sa main libre sur sa joue. Elle ne recula pas. Au contraire. Elle s’avança en même temps que lui. Leurs lèvres se rencontrèrent. Pendant quelques secondes, elle oublia le monde autour d’eux. Plus rien n’existait. Rien ne pouvait gâcher ce moment. Mis à part la cloche qui sonna. Ils s’arrachèrent l’un de l’autre, tous deux rougissant et la respiration hachée. Elle resta là, ne sachant absolument plus ce qu’elle devait faire, où elle devait aller. Elle était perdue dans cette réalité qui était pourtant la sienne. Elle n’entendait que les battements de son cœur dans sa poitrine. « Pars maintenant. » Elle attrapa son sac, se dirigea vers la porte, puis se tourna à nouveau vers lui. « Je t’attendrai au starbucks. » Il acquiesça, et quand elle ouvrit la porte, elle ne se retourna pas, comme si de rien n’était face aux élèves qui attendaient devant la salle. « Encore merci monsieur Buckley. »

Le début de l’enfer. Mêlé d’un tourbillon de paradis. Nous continuions de nous voir après les cours. Les débuts furent quelque peu gênés, mais à partir du moment où nous avons compris ce que nous ressentions l’un pour l’autre, ça a commencé à être le véritable paradis. Bien sûr, nous nous affichions que comme deux simples personnes dans notre vie quotidienne, au lycée, même au starbucks. C’est pour ça que nous y allions moins souvent à partir de ce jour-là. Préférant les endroits un peu plus tranquilles, là où on ne nous verrait pas. Là où on ne risquait pas de croiser un de ses élèves ou un professeur. Nous étions vraiment amoureux, du moins moi je l’étais. J’ai eu ma première fois avec lui, à l’aube de mon dix-septième anniversaire. Il ne nous restait plus qu’un mois. Un dernier mois. Nous ne le savions pas. Mais un jour, nous nous sommes fait prendre. Malgré notre prudence.

« J’arrive pas à le croire ! » Ally-Swann avait la tête baissée. Depuis que les rumeurs qui circulaient dans le lycée avaient été vérifiées et confirmées, l’adolescente avait tout fait pour éviter que ses parents ne le sachent. C’était sans compter les dizaines de feuilles qu’ils avaient du remplir en début d’année, avec toutes ses informations. « On va aller porter plainte ! » La jeune fille se redressa. Ces simples paroles lui glaçaient le sang. « Non ! Je suis la seule responsable ! C’est moi qui l’ai séduit ! » Balivernes, se disait-elle, mais elle était certaine que si elle mentait suffisamment bien, elle pourrait éviter la prison à Zayne, pour détournement de mineur. Oui, l’établissement n’avait eu de la version sage du "ooouuuh ils se sont embrassés dans le gymnase !" Personne n’était au courant qu’elle avait perdu sa virginité avec lui. Et voulait tout faire pour que ceci reste secret. « Je suis la seule responsable, il n’a rien fait ! » « Tu veux simplement le protéger ! Mais enfin Ally-Swann qu’est-ce qui t’as prit ?! » « Oh c’est bon on s’est embrassé une fois, et alors ? On ne va pas en faire un drame ! » Sa mère était à bout de nerfs. Elle tremblait tellement que cela en faisait peur à la jeune fille. Mais elle savait que si elle était allée la réconforter, elle se serait faite joliment envoyé dans sa chambre pour le reste de ses jours. Elle montra alors une partie d’elle qui n’existait aucunement, mais qui là lui était d’un grand secours. Un côté garce. Bien qu’elle ne savait pas tellement comment faire pour l’être réellement. « Je ne veux plus que tu le revois. » « Et les cours ? » « C’est arrangé. Enfin. Tu es renvoyée. » Cette nouvelle la fit perdre pied. Renvoyée ? Mais… elle avait déjà prévu de continuer à voir Zayne. C’était parfait. Comment allaient-ils faire ? « Comment ça renvoyée ? » « Tu sais très bien que les relations entre les professeurs et les élèves sont interdits. Ils ont décidé qu’un renvoi définitif sera la meilleure des punitions, et de plus ça sera un exemple. » « De plus, tu n’iras pas dans un autre établissement. » « Pardon ? » Elle fixa sa mère d’un air dubitatif. « Tu auras des cours par correspondance à présent. Et nous déménageons. » « Mais… » « Tu n’avais qu’à penser aux conséquences de tes actes ! »

Ça, je n’y avais jamais pensé. C’est ainsi que nous déménagions à Dallas. Et là je passai un an de ma vie presque enfermée chez moi, avec ces stupides cours par correspondance. Je pensais que Zayne resterait tout de même en contact avec moi. Pensez-vous. Deux mails et c’était fini. J’avais beau lui en envoyer, c’était comme s’il en avait rien à faire. Plus rien à faire de moi. Je décidai donc de tourner la page. De l’oublier. Même si, avouons-le, ce n’est pas facile d’oublier un premier amour. J’y arrivais du moins. Pendant un an. Et puis mon père a été muté à New Orleans. Et comme mes parents n’aimaient pas trop habiter dans de grandes villes, ils décidèrent d’acheter une maison à Ellygtown. Je pensais prendre un nouveau départ, puisqu’ils acceptèrent enfin de me laisser retourner sur les bancs de l’école "pour favoriser ma vie sociale", avais-je dis. Qui aimerait rester à longueur devant un ordinateur, avec juste des mails comme moyen de communication ? Moi je n’en pouvais plus. Je faisais donc ma rentrée au lycée de cette petite banlieue.



Chapitre trois: La nouvelle vie... pas si nouvelle que ça.
Cela lui faisait bizarre de voir autant de têtes à la fois. Et elle attirait tous les regards. La nouvelle dans le quartier. Celle qu’on examine pour essayer de savoir d’où elle vient. Ally-Swann n’était vraiment pas dans son élément. Elle qui avait l’habitude de passer inaperçue, elle était servie. Elle se concentrait surtout sur sa respiration pour éviter de faire une crise panique. Passer un an loin d’un établissement scolaire n’était pas aussi cool que ça en a l’air. C’était même l’horreur quand on réussissait à revenir dans une vie presque normale après avoir passé deux mois à convaincre une mère bornée et protectrice. Elle ne savait d’ailleurs pas par quel miracle elle avait réussit à la faire changer d’avis. Enfin bref. Arpentant les couloirs de son nouveau lycée, Ally regardait un peu partout pour trouver sa première salle de classe. Qu’elle dénicha après dix minutes de recherche, de bousculades et de jurons provenant de ceux qu’elle dérangeait sans le vouloir. Le professeur n’était pas encore arrivé, et c’était quelque peu étrange pour elle. A Saint-Louis, chaque professeur arrivait une vingtaine de minutes à l’avance, afin de préparer leur cours et de répondre aux questions des élèves s’ils en avaient. La brunette décida donc de se diriger vers le fond de la classe, se disant que de toute manière, personne ne viendrait lui tenir compagnie ces trois premières semaines. Elle s’installa, et attendit un peu avant de sortir ses affaires, préférant se couper du monde grâce à la musique que diffusait son mp3. Et soudain, la cloche sonna. Une vague d’étudiant entra dans la pièce, tandis Ally-Swann éteignait son mp3 pour se pencher sur le côté pour attraper ses affaires. Le silence, brisé par quelques chuchotements, apaisait la jeune adolescente, à qui cette ambiance avait terriblement manqué. Pourtant, ce sentiment de béatitude ne dura pas. Alors qu’elle recherchait sa trousse coincée au fond de son sac, elle entendit des pas. Une allure qui lui était familière. « Bonjour à tous, et bienvenue à cette nouvelle rentrée ! » Pendant un instant, elle espéra que ce n’était qu’une machination de son imagination. Qu’elle se trompait lourdement, qu’elle avait rêvé. Elle trouva enfin sa trousse, et se redressa lentement, le cœur lent et lourd. Elle releva les yeux, et vit le dos de cet homme. Il écrivait sur le tableau, et manifestement il ne l’avait pas vu. Son esprit imagina mille et une ruses pour s’échapper, mais elle n’eut pas le temps d’en réaliser un seul qu’il posa déjà la craie sur le rebord. « Je suis monsieur Buckley. » Ally-Swann s’immobilisa. Il se tourna vers la classe, un grand sourire aux lèvres, et au moment où leurs yeux se croisèrent, ils prirent la même expression de surprise. C’était impossible. « J’espère… que cette année va être excellente pour chacun d’entre vous. » Elle ne cessait de se répéter que c’était impossible, qu’elle était en train de rêver. Mais un pincement sur son bras droit lui témoigna que c’était bel et bien la réalité. Pendant le reste du cours, elle faisait tout pour éviter son regard. Elle avait le plus souvent le nez dans son cahier, à écrire tout ce qu’il disait, tout pour ne pas lever le regard. Cette heure paru interminable. Puis la délivrance. La cloche retentissait, et déjà Ally avait rangé la moitié de ses affaires. « Attendez ! J’ai une habitude. Je vais prendre chacun d’entre vous à part à la fin de ces premiers cours, afin que j’essaye de mieux vous connaitre. Par contre je ne procède pas par ordre alphabétique. Alors… pour commencer… Mademoiselle Fitzgerald. » Évidemment. Ça ne pouvait n’être qu’elle. Elle s’installa alors à nouveau sur sa chaise, regardant les autres partir, priant pour que l’un d’entre eux reste au moins pour lui poser une question. Mais bien vite, elle se retrouva seule avec lui. Un procédé pour mieux les connaitre, quelle excuse bidon ! Elle finit par relever le regard. « C’est une blague ? » Elle le fixa. Ce contact produisit des frissons le long de sa colonne vertébrale. Non, pas encore ! « Qu’est-ce que tu fais ici ? » « J’allais te poser la même question. » « Je suis professeur. » « Je suis lycéenne. » Elle n’avait aucune envie d’être gentille avec lui. Pas une nouvelle fois. Elle ne voulait plus rien espérer de lui. Plus aucune romance. Il lui avait déjà brisé le cœur, pas une seconde fois. « Tu habites ici depuis longtemps ? » « Trois mois. Grâce à toi j’ai eu droit à des cours par correspondance. Génial hein ? » « Et moi j’ai dut déménager ici aussi, on ne connait pas mon… notre passé. » « Ose dire que c’est de ma faute. » « Tu étais en partit responsable. » « Je t’ai envoyé des mails. Tu ne m’as pas répondu. » « A quoi cela aurait-il servit de te répondre ? » Elle fut blessée. A nouveau. Le ton qu’il prenait la blessait. Elle se leva brusquement, attrapant son sac et le mit violemment sur son épaule. Si elle restait une seconde de plus, elle allait craquer. Et ça, elle ne le voulait pas. Pas devant lui. « Votre nouveau procédé est très instructif, professeur. Je vous souhaite une bonne journée. » Il pouvait bien la regarder partir, l’appeler, elle ne se retournerait pas. Pas encore. Mais il ne fit rien. Il se contenta de la suivre du regard. « Bonne journée, Fitzgerald. »

J’aurai donné n’importe quoi pour être une autre personne. Avec un autre passé. Un autre caractère plus fort. J’ai bien tenté de changer de classe, mais rien n’y faisait. J’allais devoir rester dans sa classe, une année de plus. Et le pire. C’est que c’est de plus en plus difficile. Être dans la même pièce que lui m’oppresse. Me fait du mal. Pourtant c’est une bonne douleur. Comme celle que je ressentais quand je l’attendais au starbucks à Saint-Louis. Sauf que là, nous étions déjà tombés dans le panneau, pour notre malheur. Loin de moi l’envie de revivre une année de torture. Même si je suis nostalgique de notre romance. Il ne faut pas que je me laisse avoir une seconde fois. Sinon, j’allais complètement perdre la confiance de mes parents, que j’essaye de reconstruire encore aujourd’hui. Si je leur fais revivre la même histoire, qui sait ce qui arrivera cette fois.


Toutes les signatures ont été créées par Brain Damage


Dernière édition par Ally-Swann I. Fitzgerald le Mar 16 Nov - 0:16, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 151


LITTLE ME.
ma situation amoureuse: célibataire
nombre de messages reçu: 0

mon répertoire:

MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Dim 14 Nov - 17:25

WELCOOOOOOOOOOOME. :14:
Merci de ton inscription et si tu as des questions, n'hésite pas (:
J'adore ton pseudo au passage ♥️

_________________

Holy fool, stop dreaming !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Invité »
Invité



MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Dim 14 Nov - 17:29

    Merci beaucoup :21:
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 145


LITTLE ME.
ma situation amoureuse: célibataire
nombre de messages reçu: 1

mon répertoire:

MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Dim 14 Nov - 18:29

BIENVENUE :14:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Invité »
Invité



MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Dim 14 Nov - 18:32

    Merci beaucoup
    Leighty :21:
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 151


LITTLE ME.
ma situation amoureuse: célibataire
nombre de messages reçu: 0

mon répertoire:

MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Dim 14 Nov - 18:34

encore une L, ayaaa. :6:
Je voulais savoir, où as tu connu le forum? :)

_________________

Holy fool, stop dreaming !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Invité »
Invité



MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Dim 14 Nov - 18:39

    Yaaaaaay, les L vaincront :6:
    Te souviens-tu d'une Iseult H. Buckley sur Falling Over Me :17:
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 151


LITTLE ME.
ma situation amoureuse: célibataire
nombre de messages reçu: 0

mon répertoire:

MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Dim 14 Nov - 18:41

Iseeeeeeeult! :21:

_________________

Holy fool, stop dreaming !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Invité »
Invité



MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Dim 14 Nov - 18:42

    Et oui c'est bien moi :19:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Queen Bee »
Admin

Messages : 39


MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Dim 14 Nov - 19:51

Salut à toi, ma p'tite Ally-Swan. ♥ Bienvenue à Ellygtown, la ville de tous les secrets. Moi? C'est Queen Bee. Tu ne me connais pas encore? Hoo, ça ne serait tarder! Essaye de bien garder tes secrets mon beau, car ils risquent de ne pas restés secrets très longtemps avec moi dans les parages. Oh, et songe aussi à bien fermer fenêtres et portes, il paraitrait que certains jeunes disparaissent dans la ville. Mais, promis, je n'ai rien avoir avec ça! A bientôt, ma jolie. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empirestates-ofmind.forumactif.org

« Invité »
Invité



MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Dim 14 Nov - 20:14

    Merci beaucoup :20:
    T'inquiètes pas pour moi va, tu oses me faire quelque chose je lâche mon lapin nain sur toi, ça va être violent ! *sors*
Revenir en haut Aller en bas

« Invité »
Invité



MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Lun 15 Nov - 19:43

BIENVENUE ♥️ Les L sont les meilleurs :6: Bon courage pour ta fiche :D
Revenir en haut Aller en bas

« Invité »
Invité



MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Lun 15 Nov - 22:28

    Merci :13:
    Oui les L sont les meilleurs :6:
Revenir en haut Aller en bas

« Invité »
Invité



MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Mar 16 Nov - 0:16

    Désolé du double post, mais j'ai terminé ma minable présentation.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 145


LITTLE ME.
ma situation amoureuse: célibataire
nombre de messages reçu: 1

mon répertoire:

MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Mar 16 Nov - 19:23

J'adore ta fiche, validé bien sûr ;)
Bon jeu :14:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Invité »
Invité



MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   Mar 16 Nov - 22:42

    Merci beaucoup :7:
Revenir en haut Aller en bas

« Contenu sponsorisé »




MessageSujet: Re: ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend   

Revenir en haut Aller en bas
 

ALLY-SWANN ♣ Ignorance is you new bestfriend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« EMPIRE STATES OF MIND » :: PART II. let's get lost :: MY FIRST LOVE BREAKS MY HEART :: VERSION 1-